Quelles formes de transmission professionnelle pour quels types d'apprentissage ? Une enquête auprès d'agriculteurs et d'apprenants interagissant au travail

Résumé : Un grand nombre de travaux de recherche, en particulier ceux des anthropologues, des didacticiens et des pédagogues (Berliner, 2010 ; Brousseau, 1990 ; Chevallard, 1997 ; Meirieu, 2010), se sont intéressés à la transmission des savoirs et aux conditions par lesquelles elle facilite ou non des processus d'acquisition. Pour autant, nous restons relativement démunis devant la question des apprentissages produits dans les milieux professionnels. Quelques travaux majeurs traitent néanmoins des conditions apprenantes des organisations professionnelles (voir par exemple Fernagu-Oudet, 2012). Par ailleurs, le courant américain du Workplace Learning s'attache à décrire les conditions sociales et individuelles qui, dans leurs dialogues, permettent le développement d'apprentissages professionnels. A partir de certains de ces travaux, notamment les écrits de S. Billett, cette communication rend compte des résultats théoriques issus d'une recherche sur les modes de transmission engagés dans les interactions entre agriculteurs et apprenants dans des fermes agrobiologiques. L'objectif de cette communication est double : i) illustrer comment la nature des engagements des personnes et des configurations sociales de leurs rencontres jouent dans le potentiel qu'offre les interactions de transmission dans les exploitations agricoles en matière de développement professionnel ; ii) montrer que l'analyse des contenus échangés lors des interactions verbales est une des conditions nécessaires pour caractériser précisément les points clés du métier qui sont emblématiques ou difficiles à apprendre. Par ailleurs, nous tâcherons de réfléchir au fait que pour certains métiers en changement ou soumis à de fortes incertitudes (comme peut l'être le métier d'agriculteur), cette condition d'accès, par les interactions verbales, aux effets de la transmission en termes d'apprentissage, n'est pas suffisante. L'enquête le montre sur au moins deux aspects. Le premier a trait au fait que certaines conceptualisations du vivant s'inscrivent dans une temporalité qui dépasse l'échange relatif à l'activité en train de se faire. L'expérience d'une saison agricole prise dans les logiques productives et culturelles de l'exploitation constitue, par exemple, une dimension incontournable de l'acquisition des compétences de métier, qui ne peut se révéler dans la seule immédiateté de l'échange. Le deuxième aspect concerne les raisons pour lesquelles l'apprenant et le tuteur vont interpréter, hiérarchiser ou se concentrer sur une information plutôt qu'une autre dans les échanges professionnels. Ces raisons, certes potentiellement très diverses, ne sont pas indépendantes de la position des interactions dans l'histoire de la rencontre et dans celle des itinéraires professionnels. La façon dont l'avenir est invité dans l'interaction a de fortes chances de guider la prise d'information et le contenu des échanges. Cette recherche est issue d'un travail de thèse dont la problématique s'est construite de façon exploratoire sans qu'aucun ancrage théorique préliminaire n'ait été très marqué. Il est néanmoins rapidement devenu nécessaire de trouver des cadres permettant d'instruire les contenus de métier pouvant faire l'objet d'apprentissage tout en se présentant comme difficile à l'apprenant et résistant à la transmission. Une réorientation partielle depuis une approche anthropologique vers une démarche de didactique professionnelle est alors apparue bénéfique en ce sens. Les approches de départ n'ont pas non plus été complètement abandonnées puisque l'analyse du travail par la didactique professionnelle a été enrichie par des concepts de sociologies pragmatiques (Thévenot, 2006), et par une modélisation des conditions de transmission inspirée du concept de configuration (Elias, 1978). Les résultats présentés ont été obtenus à partir de deux types de corpus : le premier comporte une série d'interactions de transmission enregistrée, retranscrites et analysées de façon thématique à partir des cadres sociologique et didactique énoncés précédemment ; le deuxième constitue un ensemble d'entretiens menés au cours de l'immersion sur le terrain (entre une et deux semaines de présence sur le lieu de transmission), auprès des apprenants et tuteurs concernés, à propos des situations d'interaction étudiées et des du contexte de tutorat.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-agrosup-dijon.archives-ouvertes.fr/hal-02047691
Contributor : Administrateur Agrosupdijon <>
Submitted on : Monday, February 25, 2019 - 10:48:29 AM
Last modification on : Tuesday, September 17, 2019 - 9:54:03 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02047691, version 1

Collections

Citation

Fanny Chrétien. Quelles formes de transmission professionnelle pour quels types d'apprentissage ? Une enquête auprès d'agriculteurs et d'apprenants interagissant au travail. Actualité de la Recherche en Education et en Formation - AREF 2016, Jul 2016, Mons, Belgique. ⟨hal-02047691⟩

Share

Metrics

Record views

21