Quels enseignements à retenir de la régression des Messicoles ?

Résumé : La régression de la plupart des espèces messicoles ces sept dernières décennies, voire la disparition de certaines espèces, est le plus souvent commentée et interprétée en termes de démarche de protection d’une flore patrimoniale en danger. Ainsi, le Plan National d’Action lancé par le Ministère de l’Ecologie en faveur des messicoles traduit cette préoccupation qui commence maintenant à se décliner à différentes échelles spatiales et sociales (http://www.developpement-durable.gouv.fr/Plan-national-d-actions-en-faveur,32610.html). Le volet recherche de cette démarche dans un projet CASDAR tend à apporter une vision évolutive de la situation, notamment en essayant de dégager du point de vue agronomique les systèmes de cultures et les pratiques agricoles favorables aux populations messicoles, de valoriser la connaissance des plantes adventices et messicoles comme indicateurs de pratiques agricoles (entre autres l’intensification écologique de la gestion des parcelles et/ou des exploitations), et d’évaluer les services rendus par des plantes messicoles (par exemple la pollinisation) (http://www.florad.org/moodle/course/view.php?id=38). Les attendus ethnologiques concernent l’appropriation de l’enjeu des messicoles par les acteurs du milieu agricole (agriculteurs, prescripteurs, …), et la perception des messicoles par les agriculteurs en fonction de leur contexte : type de sol, type et ancienneté de l’exploitation, intégration dans les filières, éducation, réglementation, support technique, aides financières, etc. Le volet recherche peut aussi s’intéresser à un dernier aspect des messicoles : les causes et les mécanismes de leur régression. Quoi de mieux comme leçon pour le futur qu’un exemple d’un ensemble de pratiques aboutissant à l’éradication de plantes autrefois « mauvaises herbes » redoutées. Il y a bien sûr l’évolution vers l’intensification des pratiques, mais les causes ne se réduisent probablement pas à l’augmentation de la fertilisation et à l’usage des herbicides. Le vulpin n’est-il pas une messicole, qui loin de régresser s’adapte aux plus récents herbicides ?! Les systèmes de culture ne sont pas figés et l’on cherche encore et toujours à les améliorer afin d’optimiser la production. Cette évolution est susceptible de conduire encore à la régression d’espèces messicoles. Or leur régression les écarte du champ de la recherche comme éléments mineurs de la flore. Cette négligence oblitère un pan entier de connaissances sur des outils et pratiques disponibles qui ont rencontrés involontairement des déterminants biologiques propices à la régression des messicoles, mais que l’on se doit d’expliciter en détail afin de pouvoir les utiliser dans les cas appropriés pour une agriculture durable. Pour éviter l’empirisme, l’étude des connaissances des caractéristiques biologiques de ces plantes et de leurs réponses aux modifications du milieu apparait comme un champ de recherche pertinent à investiguer.
Complete list of metadatas

https://hal-agrosup-dijon.archives-ouvertes.fr/hal-01873602
Contributor : Administrateur Agrosupdijon <>
Submitted on : Thursday, September 13, 2018 - 2:29:52 PM
Last modification on : Friday, September 14, 2018 - 1:12:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01873602, version 1

Citation

Henri Darmency, Jean-Philippe Guillemin. Quels enseignements à retenir de la régression des Messicoles ?. Rencontres sur la gestion durable des adventices en grandes cultures GCHP "Comment maîtriser les adventices dans de nouveaux contextes de production ?", Dec 2015, Paris, France. ⟨hal-01873602⟩

Share

Metrics

Record views

35